Tout cuit dans le bec

Sous

Je suis donc allée chez le coiffeur la semaine dernière, comme vous le savez, et comme j’ai été la seule cliente de tout l’après-midi (ça met en confiance hein? rassurez-vous: je n’ai pas les cheveux fluos et je ne les perds pas par poignées), j’ai eu tout le loisir de discuter avec la coiffeuse.

C’était plutôt agréable (pour une fois), elle est hongroise, a quelques années à peine de plus que moi, et vit à Auckland depuis deux ans et demi. Nos âmes d’européennes ont bien accroché, et nous avons papoté pendant 3 heures (les mèches = el Diablo). Jusqu’à ce que, apprenant que j’enseignais l’anglais en France, Rita (elle s’appelle donc Rita – petit clin d’oeil à Jean-Claude et à Mulholland Drive, je crois que ce n’est pas un pseudonyme ce coup-ci!) ne me demande de lui donner des cours particuliers d’anglais!

Elle a beau vivre ici depuis deux ans et demi, il faut bien admettre qu’elle parle anglais comme une vache tasmanienne. Son compagnon est lui aussi hongrois, ça n’aide pas beaucoup. Bref: j’ai donné mon premier cours hier, une heure et demi, et nous remettons ça demain. Voilà qui va mettre du beurre dans les épinards. Et en plus, j’ai fait la connaissance d’une chouette personne. Que demander de plus?

Nous découvrons avec François, pour la première fois en près de 3 ans de vie commune, la joie du double salaire. Ca ne change pas grand chose à notre train de vie, puisqu’on a toujours été plutôt économes, mais quelle tranquillité d’esprit!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s