Wellington

SONY DSC

Notre mois et demi de vacances a commencé fort: onze heures de bus pour rallier Wellington depuis Auckland. Pourtant, le voyage n’a pas été «si» désagréable que cela, nous étions à l’étage d’un énorme bus à impériale, tout devant, et avons donc pu admirer le paysage aux premières loges. Bon, maintenant que nous avons traversé l’île du nord de bout en bout, nous pouvons le dire: il n’y a que des collines verdoyantes et des moutons dans cette maudite île, et ça devient vite monotone. Heureusement, le centre de l’île et en particulier la région volcanique du Tongariro modifie de paysage de façon aussi rapide que surprenante, pour laisser place à des plaines désolées, couvertes d’herbes sèches beiges et noires, avec pour seul relief, les volcans Tongariro, Ruapehu et Ngauruhoe, couverts de neige. Nous aurons l’occasion d’aller les voir de plus près en janvier avec Aurore!

Nous sommes arrivés à Wellington à 7h du soir, avons déposé nos gros sacs au backpacker et avons filé rejoindre nos deux camarades d’escapades, Violène et Morany.
Avant leur retour en France fin décembre (pour mieux repartir après pour un an en Australie, les veinardes), elles aussi entament un tour de l’île du sud, malheureusement dans le sens inverse du notre. Elle commencent par la côté est, alors que nous allons en ce qui nous concerne nous en tenir à la côté ouest. Peut-être les recroiserons-nous à un autre moment…Donc nous avons profité de notre dernière soirée ensemble autour d’un repas malaisien, avant d’aller faire un petit tour en ville, de nuit. Il fait un froid de canard à Wellington, le vent est redoutable, aussi nous sommes nous empressés de rentrer chacuns dans nos pénates, pour une nuit bien réparatrice.

Le lendemain, nous n’avons pas traîné avec François! A 9h30, nous étions devant le Parlement pour une visite à 10h. Malheureusement, le Prince Charles, en voyage en Nouvelle-Zélande, n’arrivait que le lendemain. Raté de peu! Pendant une heure, nous avons donc découvert ces lieux méconnus où se joue la politique néo-zéandaise. Il est très intéressant de voir à quel point les cultures «pakeha» (ce terme désigne les néo-zéandais blancs, descendants des britanniques) et maori se mélangent. Par exemple, les Council Rooms (pièces où les lois sont élaborées) sont entièrement décorée d’art Maori, avec des sculptures de personnages légendaires, des coquillages, etc…Dans la salle du Parlement, certains fauteuils appartenant à des membres du parti Maori sont même recouvertes de peaux de moutons! En bref, c’était très chouette et très instructif. Pour la blague, nous y avons même acheté un paquet de bonbons «Parliamint». Ils ont de l’humour ces kiwis.

SONY DSC

Pas de répit pour les voyageurs, nous sommes ensuite aller visiter la maison où et née et où a grandi Katherine Mansfield. Passage obligé, étant donné que c’est un monstre de la littérature britannique, qui se trouve être kiwi. Après être passés de salle en salle et admiré les photos de famille, nous avons visionné un maaagnifique documentaire sur sa vie (très instructif au demeurant, et quelle vie!) tourné visiblement dans les années 80, avec force
permanentes choucroutées et maquillage violet. François a adoré. Surtout le jeu d’actrice de la narratrice qui nous la jouait «seule sur le sable, les yeux dans l’eau» pour évoquer les crachats sanguinolents de Madame Mansfield et comment c’est nul la pneumonie (même si elle ne vivait pas dans un donjon, désolée Auriane!). Encore une fois, nous sommes ressortis tout contents de notre visite.

Après une courte pause déjeuner, nous nous sommes dirigés vers le très célèbre musée de la ville, le Te Papa Museum. Immense, gratuit, et très varié, nous y avons passé le reste de l’après-midi, et avons pu y admirer entre autre la plus grosse curiosité du musée, un calamar géant dans son bain de formol. Miam. A peu près 5 mètres quand même. Nous avons ensuite fait un tour chez les insectes, les volcans, la culture Maorie, la colonisation par les anglais, et la faune marine qui fait peur. Autant vous dire qu’à l’heure où je vous écris, nous sommes bien fatigués!

SONY DSC

SONY DSC

Demain, nous prenons le ferry pour nous rendre -enfin!- dans l’île du sud. Il paraît que la traversée au milieu des Marlborough Sounds (des fjords) est somptueuse, nous allons donc voir si la légende est à la hauteur de la réalité, et nous rallierons ensuite la ville de Picton, à l’entrée des sounds, pour la suite de notre périple…

SONY DSC

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s