Franz Josef Glacier

SONY DSC

Nous voici enfin arrivés aux portes du vrai sud, j’ai nommé les glaciers! Adieu vallées verdoyantes du nord et bush impénétrable de la côte ouest, nous commençons à admirer les montagnes enneigées.

Après notre court périple en voiture, nous sommes arrivés au premier des deux plus grands glaciers de Nouvelle-Zélande: Franz Josef Glacier. Avec son voisin Fox Glacier (à une demi heure en voiture environ), ils sont célèbres car ils font partie des trois seuls glaciers au monde (le 3ème se trouve en Argentine) à descendre aussi près du niveau de la mer: 300 mètres seulement.

La légende encore une fois, est bien jolie. Une certaine Hinehukatere adorait escalader les montagnes avec son amant Wawe. Malheureusement moins bien agile qu’elle, Wawe périt dans une avalanche. Hinehukatere, dévastée, aurait crée Franz Josef avec un torrent de larmes.

Et pour en revenir deux secondes à mon pendentif maori en forme de goutte d’eau, qui symbolise le pouvoir des émotions, on voit justement à travers toutes ces légendes que c’est souvent la colère, ou le chagrin de telle ou telle montagne ou entité qui ont crée physiquement la Nouvelle-Zélande telle qu’on la connait. C’est pareil pour le haka, où les émotions sur les visages des guerriers sont censés impressionner l’ennemi! Voilà pourquoi les émotions sont aussi chères aux maoris, elle ont un véritable pouvoir créateur.

Bref, nous n’avions que deux jours entiers à passer dans le coin, et, vous vous en doutez, nous avons bien rempli nos journées histoire d’en profiter au maximum. Et malgré la météo pour le moins changeante et sans pitié (il pleut en moyenne 8 mètres d’eau par an dans la minuscule bourgade de Franz Josef Village où nous logions, et 16 mètres d’eau par an sur le glacier lui même!), nous avons réussi à faire quelques petites activités sympathiques, en profitant du ciel bleu du matin, avant que les gros nuages gris et la brume ne viennent au cours de la journée buter sur la chaîne de montagnes, pour se changer en pluie.

Le premier jour, nous avons décidé, pour changer, de se muscler les bras plutôt que les guiboles et sommes partis faire 3h de kayak sur le lac Mapurika. C’est le plus grand lac du Westland (la région des glaciers), et il est très impressionnant. En plus de sa taille, et de sa profondeur de 80 mètres (miam les profondeurs profondes hein soeurette?!), son eau est entièrement noire. Elle ne provient pas du glacier mais de l’eau de pluie qui s’y est accumulée, entraînant avec elle tous les tanins de l’immense forêt vierge qui l’entoure. D’où cette couleur noire qui nous a souvent donné l’impression de voir notre kayak filer sur de l’encre.

Comme la saison touristique commence à peine, nous avions la chance de n’être que tous les deux, avec notre guide, et ceci a rendu la sortie bien plus agréable! Le guide nous a emmenés dans un cours d’eau qui se faufilait dans la forêt vierge, dans laquelle personne ne pénètre jamais, d’une part parce qu’elle est tellement dense qu’elle est totalement impénétrable, mais aussi parce que c’est une zone protégée: c’est un sanctuaire de kiwis! Seul le DOC a le droit de s’y rendre pour prélever des oeufs qu’ils font éclore dans un centre spécial, afin de s’assurer que l’oiseau atteindra une taille suffisante pour n’être plus à la merci de ses principaux prédateurs. Malgré leur travail, il n’y a que 300 kiwis en liberté en Nouvelle-Zélande seulement, c’est peu…

Bon, nous n’en n’avons pas vu évidemment mais c’était quand même chouette. Après avoir tenté de faire la course avec deux cygnes noirs (un échec cuisant), nous sommes revenus à notre point de départ, avec les bras bien moulus, mais tout contents d’avoir vu un autre petit bout du pays sous un angle différent.

Le lendemain, nous avions prévu une longue randonnée de 8h qui devait nous amener sur les hauteurs autour du glacier, et qui promettait des vues incroyables. Nous nous sommes donc mis en route à 7h du matin, tout en ayant vu à la télévision la veille qu’ils annonçaient une alerte à la pluie: 8cm de pluie étaient prévus entre l’après-midi et le lendemain matin. Le ciel étant bleu et dégagé à 7h, nous nous sommes quand même mis en route. Malheureusement, vers 10h, le ciel à commencé à s’obscurcir et nous avons préféré redescendre pour ne pas prendre de risques: les sentiers boueux et escarpés manquent de charme quand il faut les redescendre sous la pluie!

A la place, nous nous sommes donc rabattus sur une marche plus courte, qui nous emmenait elle au pied du glacier. Très impressionnant aussi, et j’ai bien pensé aux gens qui étaient avec moi la première fois que j’ai vu un glacier de près, Aurore et Jean-Claude!

Demain matin, 2 décembre, nous partons vers Fox Glacier découvrir ce deuxième glacier majestueux, et peut-être retrouver nos deux amies Violène et Morany pour une journée un peu spéciale…

A très vite pour de nouvelles photos!

SONY DSC SONY DSCSONY DSC

DSCF0765 DSCF0781 DSCF0793
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s