Mount Cook

SONY DSC

Je l’attendais depuis teeellement longtemps…Mont Cook, le plus haut sommet de Nouvelle-Zélande, avec ses neiges éternelles, ses flancs noirs et inhospitaliers. C’est sur cette montagne que Sir Edmund Hillary s’est entraîné avant de gravir l’Everest, car bien plus petite, elle est malgré tout bien plus difficile à monter!

La route qui mène au village de Mont Cook est réputée superbe. Pourtant, nous avons rejoint la région des lacs sous une pluie battante, et dans un brouillard épais (« un lac? où ça?!). Impossible de faire un pas dehors, nous nous sommes arrêtés dans un camping et avons passé la journée dans le van, à faire la sieste et à bouquiner (mais juste parce qu’on était obligés hein). Le lendemain matin, la pluie avait cessé et les nuages commençaient à se lever. Le lac Tekapo nous est alors apparu, non pas bleu turquoise comme il l’est normalement au soleil, mais blanc, laiteux, et fantasmagorique. Incroyable aussi! (photo 1)

Au fur et à mesure de la journée, nous avons enfin pu admirer la fabuleuse couleur du lac Tekapo et de son acolyte le lac Pukaki (le plus proche de Mont Cook), deux lacs glaciaires qui doivent leur incroyable couleur aux farines glaciaires qui descendent dans la vallée. Autant vous dire qu’au détour d’une colline, quand j’ai aperçu les montagnes blanches avec ce lac bleu en premier plan, mon coeur a sauté un battement! Je n’avais jamais rien vu d’aussi magique et irréel…

Nous sommes arrivés dans l’après-midi et nous sommes occupés en allant visiter le centre « Edmund Hillary », un grand musée de l’alpinisme néo-zélandais, inauguré par Sir Hillary himself quelques années avant sa mort. C’était super! Nous avons tout appris des grands noms de l’alpinisme kiwi, et avons bavé devant les photos des exploits d’Edmund Hillary. Ca fait vraiment rêver (nous prévenons les habitués du Mazot: nous avons depuis appris par coeur le site de la Maison des guides de Chamonix, nos prochaines visites seront sportives et alpines!)…

Le lendemain, randonnée! La Mueller Track nous a ouvert les bras par une journée magnifique, et à défaut de gravir le Mont Cook lui-même, nous l’avons eu sous le nez toute la journée, lui et son voisin le Mont Sefton. Ce dernier nous a gratifiés de magnifiques avalanches et chutes de pierres toute la journée, et nous avons grimpé dans le bruit sourd (et assez effrayant) de la neige qui s’écroule plusieurs dizaines de mètres plus bas. Arrivés au refuge, nous avons sorti nos victuailles et avons déjeuné en face du Mont Sefton, en regardant les avalanches. Complètement fou! (précision pour ceux et celles qui s’inquiètent parfois de notre audace: il s’agissait de la montagne d’en face, nous ne risquions absolument rien!).

Nous avons enfin redescendu les 1000 mètres (dont 1810 marches – François, en mode Rain Man, les a toutes comptées…- que nous avions précédemment montées!) qui nous séparaient du van, et sommes repartis le long des lacs Pukaki et Tekapo, toujours aussi sublimes…

Elsa

SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
SONY DSC
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s