Première virée en Corse

SONY DSC

Corte

Ce n’est plus tout frais bien sûr, mais début juillet, je suis allée passer quelques jours en Corse. C’était mon premier voyage sur l’Île de beauté, et ce ne sera certainement pas le dernier! Je ne savais pas réellement à quoi m’attendre, je n’avais jamais vraiment réfléchi à la Corse. Vous savez comment ça marche: c’est notre pays, on se dit que ce sera toujours là à portée de main…J’ai été saisie par la vue de ces montagnes. A peine sortie de l’aéroport de Bastia, j’étais en admiration devant ces montagnes majestueuses. Et je n’avais qu’une seule envie: les escalader.

Malheureusement, ce n’était pas au programme des vacances (qui incluait en vérité un très ennuyeux colloque de linguistique); et j’ai du me contenter de grimper jusqu’à la citadelle de Corte, où je résidais donc, et d’absorber toutes les bonnes ondes des montagnes aux alentours. Je suis allée m’y promener au crépuscule (la chaleur est autrement étouffante) et la vue de là-haut est magnifique, l’atmosphère était paisible et je me suis vite retrouvée entourée de centaines de chats plus ou moins errants. Ça peut sembler vieux et quelque peu en ruines (et c’est le cas!), mais le charme de ces ruelles pavées et de ces façades fissurées participe à la dimension romantique de l’endroit. On dirait l’Italie, on se croirait 50 ans en arrière, et se perdre dans ce dédale de petites rues était une expérience très inspirante.

Corte elle-même est une toute petite ville, mais est extrêmement accueillante. Les locaux sont les gens les plus gentils que j’aie rencontrés (bonjour au propriétaire de A la pasta, qui sert le meilleur fiadone jamais mangé, fait par sa propre mamie, et qui était ravi de nous faire goûter les cerises de son jardin), et sont toujours ravis d’aider ou de partager la culture locale.

En un coup de train, je me suis rendue à Ajaccio (sans grand intérêt, pour le coup…), mais c’était surtout pour le voyage en tortillard, qui est une sacrée expérience! Près de deux heures à serpenter au milieu de paysages somptueux, sur des falaises, sous des petits ponts, au dessus de gorges et de vallées incroyables…cela valait le détour!

Mon séjour était trop court, beaucoup trop court – 5j seulement- et j’étais très déçue en partant. J’en avais trop vu, et pas fait assez. La prochaine fois que je poserai le pied sur cette terre, ce sera pour le GR20: 180km, 15 jours d’ampoules et de bonheur.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Adresses:

A la Pasta, 8 Avenue du Président Pierruci – On y va pour le fiadone de Mamie, les pizzas succulentes et le sanglier tout aussi exquis!

Le Glacier, 9 Cours Paoli – À goûter absolument, la glace au brocciu, la glace au pruneau et le sorbet à la menthe. Miam miam!

*****

This is not fresh news, but last July I spent a few days in Corsica. It was my first trip there, obviously not my last. I didn’t really know what to expect, had never really given a true thought at Corsica. You know how it is, it’s home, so you just think it’s « there » and assume it will remain so forever. I was astounded by the sight of the mountains. From the moment I walked out of the airport in Bastia, I was literally in awe at those majestic mountains. And had only one wish: to climb them.

Unfortunately for me, this didn’t happen as it wasn’t the original purpose of the trip (the true story involves a very boring linguistics symposium) so the best I did was to climb up to the citadel in Corte where I was staying, and soaked up all the good vibes from the surrounding mountains. I went there at dusk (the heat is otherwise stifling) and the view was magnificent, the atmosphere was extremely peaceful and I soon found myself surrounded by hundreds of more or less stray cats. It might look old, and somewhat derelict (which it is, really), but the charm of these ancient paved alleys and the cracked façades add up to the sort of romantic dimension of the place.  It feels like Italy, it feels like it was 50 years ago, and losing myself in this maze of little streets was a very inspiring experience.

Corte in itself is a super small but extremely welcoming town. The locals are by far the loveliest people I’ve ever met (hi to the owner of A la Pasta, who serves the most exquisite Fiadone I’ve ever eaten, made by his own grandma, and who was keen on letting us try his home grown cherries), always glad to help and to share local culture.

I took the train to Ajaccio (which really lacks interest…), but that was mostly for the trip itself and for the local train, which is an experience in itself! I spent about two hours weaving amid a wonderful lanscape, along cliffs, under small bridges, above incredible gorges and valleys…it was worth the trip!

My stay was short, way too short – 5 days only – and I was utterly disappointed when I left. I had seen too much, and done too little. Next time I set foot on this land, it will be for the famous GR20 track: 180km, 15 days of blisters and happiness.

Where to go:

A la Pasta, 8 Avenue du Président Pierruci – for grandma’s fiadone, the delicious pizzas and the wild boar.

Le Glacier, 9 Cours Paoli – you HAVE to try the brocciu flavour, as well as the prune one, and the mint sorbet. Yummy!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s