La déprime post-retour de voyage: comment l’éviter?

apathy

À vous aussi, il vous suffit de quelques jours hors de votre quotidien pour rentrer chez vous avec la ferme envie de vous tailler les veines avec une équerre, tant la vie vous semble morne et sans intérêt dès qu’elle n’inclut plus la découverte d’un ailleurs et des paysages nouveaux?

Peu importent la distance et le décalage horaire, ceci peut tout aussi bien se produire après une escapade d’une journée à la campagne, comme après un voyage de plusieurs mois! Et les symptômes sont toujours les mêmes: envie de vivre dans le cocon rassurant qu’offre son plus vieux pyjama, obsession subite pour tout ce qui ressemble à un guide touristique, et pulsion irrépressible qui vous pousse à passer 28h d’affilée sur des comparateurs de vols. Deux choix s’offrent à vous: vivre au milieu de vos déchets en ne vous nourrissant plus que de pizzas livrées et en pleurant sur les tampons de votre passeport, ou bien vous relever dignement et combler le temps qui vous sépare de votre prochain départ de façon plus saine et productive!

Voici quelques conseils, que je m’efforce d’appliquer moi-même quand la déprime pointe son nez…

1 – Prolongez le dernier voyage!

Depuis que je suis rentrée de Tunisie, je n’écoute plus que de la musique tunisienne, je me renseigne sur le pays, sur les endroits que je n’ai pas encore vus, ou même sur ceux que j’ai visités. Triez vos photos, faites-en tirer sur papier, classez-les dans un album, passez du temps à les regarder, montez les vidéos faites sur place, apprenez des choses supplémentaires sur l’identité culturelle du pays que vous venez de quitter, regardez des films locaux, apprenez à cuisiner des choses qui vous ont plues! Non seulement vous vous forgerez une connaissance en béton, mais en plus, vous aurez l’impression d’y être encore un peu.

 2 – Prévoyez le prochain voyage!

Ceci marche du feu de Dieu. En se projetant dans les semaines/mois à venir, vous aurez l’impression d’être déjà un peu partis. Personnellement, je suis du genre à avoir des séjours prévus jusqu’en 2024. Peu importe que vous les concrétisiez vraiment ou pas (même si ce n’est pas le voyage que vous aviez initialement prévu, vous savez que vous partirez quoi qu’il arrive), ce qui compte, c’est de rêver et de faire des projets pour éviter d’avoir le sentiment de stagner. Achetez des guides touristiques, rêvassez devant une carte du monde, essayez de vous imaginer dans tous ces endroits que vous aimeriez explorer, fouillez les forums, dénichez des tarifs intéressants, bref, jouez à l’agence de voyage!

3 – Apprenez à regarder votre pays comme une destination exotique!

C’est vrai pour à peu près tout le monde: on est prêts à traverser le globe à la découverte de choses merveilleuses et dépaysantes, mais qui n’a jamais humblement admis que son propre pays recelait des beautés insoupçonnées? Personnellement, je rêve de découvrir et de randonner dans le Massif Central, qui me scie les pattes dès que j’en vois des photos. Pourquoi repousser sans cesse? Pas besoin de 15 jours pris chèrement sur vos congés annuels, il suffit de 3 ou 4 jours (voire moins selon la destination!) pour avoir l’impression de s’être aéré. Je suis une partisane des journées par-ci par-là, un peu au hasard des cartes et de votre ville de résidence. Tours, Bordeaux, Strasbourg, Rennes, la côte normande, ou les forêts vendéennes sont à portée de voiture? Alors pourquoi ne pas y passer un week-end?

4 – Lisez des blogs de voyageurs!

J’en lis une bonne vingtaine, et j’attends les mises à jours comme un enfant attend le 25 décembre. Rien ne me fait plus de bien, lorsque j’ai le moral dans les chaussettes et que ma vie m’ennuie, que de lire les aventures d’un camarade voyageur! Vous découvrirez ainsi des destinations que vous n’auriez jamais imaginé vouloir un jour explorer, des moeurs insoupçonnés, des vies, des astuces, des conseils, des activités folles, des paysages enchanteurs. Vous prendrez ainsi par procuration votre shoot de soleil, de mer, de neige, de rando, de sport, de farniente, de visites, de culture, de gastronomie; bref, vous vous changerez les idées tout en affinant vos connaissances de baroudeur. Une chose inestimable!

5 – Créez votre propre blog!

Voyager est votre plus grande passion et vous y associez des notions telles que la générosité et le partage? Alors rendez la pareille et faites à votre tour circuler votre passion de la découverte. J’ai ouvert cet espace un peu dans un but thérapeutique, c’est vrai, pour tenter de prolonger l’expérience de cette année en Nouvelle-Zélande. Et j’y ai découvert un plaisir qui tient moins au fait de ressasser le passé qu’à celui de me projeter dans l’avenir. Il m’aide à garder en tête que la découverte et la curiosité sont un état d’esprit global qui ne tient pas seulement aux voyages que l’on fait à l’autre bout du monde, et qu’elles peuvent être assouvies avec des choses très simples.

Bref, vous l’aurez compris: point de fatalité! Le retour sera certes toujours douloureux, le quotidien bien pâle en comparaison de tous ces horizons à explorer, mais il ne tient qu’à vous de transformer ce petit passage à vide en vraie force créatrice!

N’oubliez jamais que le voyage commence à la maison…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s