[Vidéo] L’île d’Hoëdic

À l’occasion du premier pont de mai, nous nous sommes rendus dans une région que nous ne connaissions pas encore: le Pays de la Loire.

Si nous avons essentiellement arpenté Guérande et ses environs, nous avons pris une journée pour quitter la terre ferme et nous rendre sur une toute petite île de l’Atlantique, l’île d’Hoëdic. Tout d’abord déçus de ne pas avoir pu passer la journée à Belle-Île, comme prévu (certaines liaisons ne sont pas maintenues hors saison), je vous prie de croire que nous n’avons pas perdu au change. L’île a beau être toute petite (tout juste 2km2!), elle regorge de coins tous plus charmants les uns que les autres, et d’une diversité de paysages et d’ambiances incroyable!

Quasiment plate et peu arborée, l’île surprend à l’ouest par son énorme étendue vierge, qui mène à des falaises où nichent mouettes, goélands et hirondelles. Les marées ont creusé dans les parois rocheuses des galeries assez importantes où nous avons pu nous faufiler (avant de remarquer les blattes géantes qui rampaient sur les murs et de déguerpir fissa). Du haut des falaises, le regard se noie dans l’infini, à peine gêné par la silhouette de Belle-Île, que l’on distingue au loin…

Dans le bourg d’Hoëdic, le temps semble s’être figé. L’île ne compte qu’une centaine d’habitants à l’année, et aucune voiture n’est autorisée; toute marchandise est donc transportée dans des petites charrettes que l’on tire soi-même. Les petites maisons ont pour la plupart une bonne centaine d’année, et nous avons eu la chance de les voir à cette époque de l’année dissimulées sous les roses trémières.

À l’est, l’île offre de superbes plages de sable blanc, où l’eau est par moments entièrement turquoise et transparente. En Bretagne! Comme quoi, aucune raison de filer aux Caraïbes, nous avons tout à la maison (comment ça pas la température?)! Sur le chemin, il est possible de croiser un immense menhir classé aux monuments historiques, un fort bâti au XIXème siècle pour défendre l’île contre les anglais, les vieux ports de l’île…

Le printemps est assurément une période idéale pour découvrir l’île: les 3000 estivants que compte Hoëdic chaque été ne sont pas encore arrivés, mais la vie a repris après des hivers que l’on imagine rigoureux. Les quelques terrasses font le plein, les lézards cavalent dans les hautes herbes et le couleurs se révèlent.

Une journée hors du temps.

Comment s’y rendre: par bateau, au départ de la Turballe, du Croisic, de Vannes, ou de Quiberon (se renseigner selon la saison). Un A/R coûte environ 25€.

Où manger: pas de panique, le pique-nique n’est pas indispensable. Dès les beaux jours, quelques restaurants viennent tenir compagnie à ceux (celui?) qui courageusement, ouvrent toute l’année. L’île dispose également d’une épicerie.

Il également possible de loger sur l’île, en hôtel ou en gîte, ainsi qu’en camping (sommaire).

À ne pas oublier: la crème solaire et les lunettes de soleil, l’île étant peu ombragée en dehors du bourg. De même, l’eau, pour ne pas avoir faire un crochet par l’épicerie en cas de grosse soif.

Et surtout, les appareils photo!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s